Carcinome épidermoïde

Carcinome épidermoïde

Carcinome épidermoïde

Carcinome épidermoïde: Identification

« Co »
Chat européen mâle entier de 16 ans

Carcinome épidermoïde: Motif de consultation

-présente des croûtes hémorragiques au niveau des oreilles
-tuméfaction à hauteur du chanfrein

Carcinome épidermoïde: Commémoratifs

Co est un chat que ses propriétaires ont adopté dans un refuge quand il avait 10 ans.
Il est occasionnellement en contact avec d’autres chats qu’il croise dans son jardin.
Sa nourriture actuelle se compose d’une alimentation industrielle de qualité moyenne (croquettes).
Son entretien général peut être qualifié de mauvais.
Il n’est pas en ordre de vaccination, ni traité à l’aide d’antiparasitaire externe.

Carcinome épidermoïde: Anamnèse

Passé dermatologique
Néant
Affection en cours
Co présente depuis environ 1 an une tuméfaction au niveau du chanfrein et depuis 6 mois des lésions croûteuses et hémorragiques au niveau du bord externe des pavillons auriculaires.

Carcinome épidermoïde: Examen clinique général

Température : 38,8°C
Poids : 4,5 kg
Muqueuses roses

Examen clinique dermatologique

Examen rapproché :
Chanfrein distal et partie proximale de la truffe :
Tuméfaction alopécique présentant par endroits des ulcères hémorragiques ainsi que des croûtes.
Carcinome épidermoïde
Vue rapprochée du chanfrein distal – Alopécie accompagnée
de lésions ulcéro-hémorragiques.
Pavillons auriculaires :
Lésions nécrotiques ulcéro- hémorragiques et croûteuses.
Carcinome épidermoïde
Vue rapprochée d’un pavillons auriculaireLésions
 nécrotiques ulcéro-hémorragiques et croûteuses.

Carcinome épidermoïde: Synthèse clinique

Dermatose nécrosante ulcéro-hémorragique et croûteuse localisée au niveau des pavillons auriculaires.
Dermatose nodulaire ulcéro-hémorragique et croûteuse localisée au niveau du chanfrein distal et des marges proximales de la truffe.

 

Carcinome épidermoïde: Examens complémentaires réalisés

Histopathologie

Conclusions
 :
Oreilles :
Carcinome à cellules squameuses multicentriques bien différenciées, dermatite profonde périvasculaire lymphoplasmocytaire mastocytaire sévère avec vasculite neutrophilique et thrombi intravasculaires.
Chanfrein :
Dermatite profonde et superficielle périvasculaire mixte peu spécifique chronique lymphoplasmocytaire mastocytaire neutrophilique.
Commentaires :
La tumeur se rapproche assez près des marges du tissu envoyé vu qu’elle infiltre parfois les nerfs… Le contexte inflammatoire est très sévère, beaucoup plus sévère par rapport à l’image
classiquement rencontrée avec ce type de néoplasme et vasculite concomitante… La lésion au niveau du chanfrein n’est plus très spécifique mais apparaît essentiellement inflammatoire …il y a trop peu d’éosinophiles que pour évoquer une réaction sur moustique, herpes, etc. La lésion de plus est essentiellement profonde et non superficielle.
Carcinome épidermoïde
Carcinome épidermoïde, oreille de chat – notons les nombreux
foyers de prolifération néoplasique squameuse endophytique
multicentrique (cliché : M.Heimann)

Carcinome épidermoïde

Carcinome épidermoïde, oreille de chatfort grossisement
des foyers de prolifération néoplasique squameuse  (cliché :
 M.Heimann)
 Radiographie du chanfrein
Cet examen a juste pour but de vérifier une éventuelle atteinte de l’os nasal. Après vérification, nous constatons que le procesus ne semble pas entreprendre cet os.

Carcinome épidermoïde: Diagnostic

Carcinome épidermoïde cutané.

Carcinome épidermoïde: Traitement

La demande de traitement dans notre cas est plutôt hygiénique. Les propriétaire aimeraient pouvoir garder leur animal encore quelques temps, tout en limitant au maximum les frais .
L’objectif demeure néanmoins pour nous de limiter au maximum la progression de ce processus tumoral.
Moyens disponibles
-chirurgie ou cryochirurgie
-radiothérapie associée à la chirurgie
-chimiothérapie (cisplatine)
-Antibiothérapie systémique et traitement local (en traitement adjuvent à une chirurgie)
-traitement préventif : limitation de l’exposition au soleil et application de crème solaire lors    de rayonnements importants.
Résultats
La cicatrisation à hauteur des oreilles s’est déroulée normalement et nous n’avons pas
 observé de récidives.
Au moment où nous publions ce cas, nous apprenons le décès de Co d’une mort naturelle, soit 10 mois après l’intervention chirurgicale. Entre temps, l’animal, bien qu’insuffisant rénal a eu, selon ses propriétaires, une bonne qualité de vie.
Coaprès traitement chirugical (3 mois post opératoire).
 Carcinome épidermoïde
Carcinome épidermoïde

Carcinome épidermoïde: Discussion

Notre intervention a permis de prolonger la vie de l’animal de 10 mois. Nous n’avons pas encouragé les propriétaires de Co a associer à la chirurgie un autre traitement tel que la chimiothérapie, devant l’âge avancé de notre patient. Le but de notre traitement , mis à part le bien être du chat était surtout hygiénique. Bien que la tumeur se rapprochait d’assez près des marges du tissu envoyé à l’histologie (infiltration occasionnelle des nerfs), nous n’avons pas observé dans ce cas de récidives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*