Cellulite du berger Allemand

Cellulite du berger allemand

Cellulite berger allemand

Cellulite du berger allemand: Identification

« MUGHI »
Berger allemand mâle entier de 8 ans

Cellulite du berger allemand: Motif de consultation

-Prurit au niveau des membres antérieur, du thorax, et des cuisses
-Plaies hémorragiques au niveau des cuisses

Cellulite du berger allemand: Commémoratifs

Aucun antécédent pathologique n’est signalé.
Le chien provient d’un élevage et a été acquis par ses propriétaires à l’âge de 4 mois. Il n’est en contact avec aucun autre animal. Il vit dans une maison avec un jardin qu’il fréquente.
Il lui arrive d’aller se promener en forêt.
De nombreux séjours sont signalés dans le bassin méditerranéen (Italie et France), le dernier remontant à environ une année.
Sa nourriture actuelle se compose d’un régime hypoallergénique (depuis 7 semaines) ; avant ce régime, le chien était nourri avec une nourriture industrielle de mauvaise qualité (1er prix).
Le propriétaire déclare avoir suivi de façon extrêmement stricte ce régime hypoallergénique.
Mughi est en ordre de vaccination et est régulièrement traité à l’aide d’anti parasitaires externes.

Cellulite du berger allemand: Anamnèse

Passé dermatologique
(extrait dossier médical du vétérinaire référent)
« dermatite suintante au niveau des ars , de l’aine et au pourtour de l’anus ; érythème au niveau des membres et au niveau des oreilles »
à l’ époque , l’animal avait reçu des antibiotiques , une corticothérapie orale , ainsi qu ‘un régime Lamb and Rice ( Eukanuba ). Ces problèmes dermatologiques avaient, semble t’il,
été contrôlés à l’aide de ce traitement.
 Affection en cours
 (extrait dossier médical du vétérinaire référent)
« lésions hémorragiques et purulentes au niveau des cuisses »
l’ animal avait reçu un traitement antibiotique de 15 jours à base de  céfalexine (dose ?) associé à une désinfection quotidiennes des plaies à l’aide d’isobétadine. Une amélioration puis une rechute après arrêt des antibiotiques ont été observées.
 Chronologie des manifestations  et des lésions :
Le premier signe qui a alerté le propriétaire a été la présence de taches de sang sur le sol.
Il a alors pu constaté des plaies multiples au niveau des cuisses.
Le chien a alors subi différents shampoings à usage humain qui n’ont rien donné aucun
résultat , voire qui ont aggravé la situation.
Le prurit est modéré.

Cellulite du berger allemand: Examen clinique général

Température: 38,8 °C
Poids : 39,4 kg
Muqueuses roses

Cellulite du berger allemand: Examen clinique dermatologique

Examen à distance :
Lésions alopéciques et hémorragiques au niveau des 2 cuisses
 Examen rapproché :
Membre postérieur gauche (cuisse) :
 Sont observés : des ulcères, une hyperpigmentation ainsi que des croûtes
Cellulite berger allemand
Vue rapproché de la cuisse gauchelésions alopéciques
et ulcératives

Cellulite berger allemand

Vue rapprochée des lésions de la cuisse gauche, après tonte
lésions ulcératives, hémorragiques accompagnées d’
hyperpigmentation
Membre postérieur droit (cuisse)
Sont observés : des ulcères hémorragiques et des croûtes
Synthèse clinique
Dermatose prurigineuse, alopécique, ulcéro-hémorragique localisée au niveau des cuisses latérales.

Cellulite du berger allemand: Examens complémentaires réalisés

 Prélèvement pour examen direct, culture aérobie, et antibiogramme
Les prélèvements sont réalisés au niveau d’ulcères cutanés.
Examen direct :
-quelques globules blancs
-quelques cellules épithéliales
-flore coccique Gram positif assez développée
Culture aérobie :
-staphylococus intermedius a été isolé
Antibiogramme :
Amoxycillin+ac.clavulanique
sensible
Timethoprim+sulfamides
sensible
Doxycycline
sensible
Céfalexine
sensible
Clindamycin-Lincomycin
sensible
Gentamycin
sensible
Oxacilline
sensible
Enrofloxacine
sensible
Raclages cutanés
Cet examen s’est révélé négatif pour la recherche de démodex.
 Biopsies cutanées
Conclusion (M.Heimann) :
-Dermatite nodulaire periannexielle plasmocytaire histiocytaire neutrophilique éosinophilique
 sévère multifocale
-fibrome intradermique
 Commentaires (M.Heimann)  :
« Malgré l’emploi de colorations spéciales, aucun organisme infectieux n’a pu être isolé au sein du matériel envoyé. La composante plasmocytaire parfois associée à quelques foyers d’inflammation des glandes apocrines peut signer une pyodermite bactérienne. Une leishmaniose doit être à exclure si le patient avait voyagé et si la présentation pouvait y correspondre.»
Cellulite berger allemand
Dermatite nodulaire périannexielleNotons la présence d’un contexte
 inflammatoire multifocal (cliché : M.Heimann )
 Cellulite berger allemand
Dermatite nodulaire périannexielle – nous distinguons parfois quelques
éléments glandulaires  sébacés au sein de l’infiltrat (cliché : M.Heimann)
Cellulite berger allemand
Dermatie nodulaire périannexiellenous pouvons observer un contexte
inflammatoire important autour de certaines glandes apocrines (cliché :
 M.Heimannn)
Cellulite berger allemand
Infiltrat inflammatoire – nous observons différents types cellulaires :
plasmocytes, histiocytes, neutrophiles, éosinophiles. Les histiocytes contiennent
parfois des éléments circulaires pouvant suggérer des débris cellulaires phagocytés
ou des leishmanies.
 
 
 
Examens biologiques
Nous suspectons, à cette étape des examens, une leishmaniose. C’est pourquoi nous entreprenons quelques examens biologiques pour confirmer ou infirmer notre suspicion.
Hématologie
Rien n’est à signaler de particulier. Les éosinophiles ainsi que l’hémoglobine dépassent légèrement le seuil supérieur de référence.
Biochimie
Urée :0,25 g/l (référence : 0,15-0,57 )
Créat : 9,60 mg/l (référence : 5-18 )
Protéines totales : 82 g/l (référence : 52-82)
Electrophorèse des protéines
Albumine : 48,9 % (réf : 38,6 -53,6)
Alpha-1 globulines : 1,2 % (réf : 4,1-8,2)
Alpha-2 globulines : 13,8 % (réf : 5,6-8,7)
Beta globulines : 13,7 % (réf : 7,7 –11)
Gamma globulines : 22,4 % (réf : 19-28,4)
Rapport albumine/globulines 1,0 (réf : 0,63-1,15)
Protéines totales : 8,2 g/dl (réf : 5,5-7,7)
Le résultat de cette électrophorèse n’est pas vraiment caractéristique d’un chien
leishmanien (hyper béta et gamma globulinémie polyclonale associé à une hypoalbuminémie).
 Myélogramme
Nous ponctionnons de la moelle au niveau du sternum et au niveau de 2 cotes, puis colorons le prélèvement (coloration rapide).
Cet examen n’a pas donné de résultats : aucune trace de parasites au niveau des histiocytes n’est notée.

Adénogramme
Cet examen n’a pas été réalisé. Dans notre cas, aucun ganglions palpables se semblaient augmentés de volume.
Analyse leishmaniose par réaction ELISA
-négatif
(2 sérologies ont été effectué à 1 mois d’intervalle)
Analyse leishmaniose par PCR
-examen non souhaité par le propriétaire pour des raisons financières.
Ces résultats non concluants nous ont mené à revoir notre hypothèse étiologique. Cependant, nous n’excluons pas une atteinte de leishmaniose à ce stade. En effet, la sérologie négative nous renseigne sur le fait que l’organisme n’a pas réagi contre une infection par la leishmaniose.
L’intérêt de la PCR aurait été ici d’exclure totalement l’hypothèse d’une contamination par le parasite. Nous nous promettons de réaliser cet examen ultérieurement à notre charge si l’état de l’animal ne s’améliorait pas malgré le traitement entrepris.
 
 
Intra dermo réactions
L’animal semble réagir, mais de façon modérée au contact des allergène suivants :
-dermatophagoides farinae
-puce
 Exploration de la glande thyroïde
Ces examens n’ont pas été réalisé. Cependant, nous les envisageons ultérieurement dans la mesure où le traitement entrepris ne donne pas de résultats.

Cellulite du berger allemand: Diagnostic 

Cellulite

Cellulite du berger allemand: Traitement

L’objectif premier du traitement est de contrôler les infections bactériennes.
Résultats
Après 3 semaines de traitement
Le prurit a disparu, la peau est en voie de cicatrisation. Les saignements se sont arrêtés.
Après 8 semaines de traitement 
Les lésions d’origine ont disparu totalement et le poil a commencé à repousser.
Par ailleurs, nous n’observons pas l’apparition de nouvelles lésions sur l’animal.
Nous demandons au propriétaire de poursuivre encore 2 semaines d’antibiotiques.
Visite de contrôle après 20 semaines (10 semaines après arrêt des antibiotiques)
Aucune rechute n’a été observée. A l’examen, le peau est normale.
Contacts téléphoniques
Nous reprenons contact dans les 6 ,12, 16 mois qui ont suivi la dernière visite de contrôle. Selon son propriétaire, l’animal se porte bien et n’a jamais rechuté.
Cellulite berger allemand
Vue rapprochée de la cuisse gauchevisite de contrôle 10
 semaines après arrêt des antibiotiques.

Cellulite du berger allemand: Discussion

Ce cas nous avait semblé au départ à la fois intéressant et complexe dans la mesure où cette
pyodermite profonde apparente pouvait cacher de nombreuses affections sous-jacentes.
Il nous rappelle également l’importance de toujours confronter lors de la consultation l’anamnèse et la clinique aux examens complémentaires, étape critique essentielle lors de l’établissement d’un diagnostic. Mais aussi, il nous rappelle l’importance de toujours confronter les examens complémentaires entre eux. En effet, l’histopathologie associée à l’anamnèse nous faisaient fortement pencher en faveur d’une leishmaniose. Les examens complémentaires biologiques réalisés n’allaient pas vraiment dans ce sens. De plus, l’absence de rechute de l’animal après arrêt de l’antibiothérapie , nous ont mené à écarter cette hypothèse, de même que celle d’une hypothyroïdie.
Ce cas, en conclusion, demeure pour nous une cellulite que l’on qualifierait d’idiopathique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*