Sertolinome

Sertolinome

 

sertolinome
Sertolinome: Identification

« joy »
 croisé berger Allemand mâle entier de 7 ans

Sertolinome: Motifs de consultation

Alopécie au niveau du dos
 

Sertolinome: Commémoratifs

Joy est un chien très vif n’ayant pas d’antécédents pathologiques particuliers.
Ses propriétaires l’on adopté dans un refuge à l’âge de 3 ans.
Il vit dans une maison avec jardin et n’est pas en contact avec d’autres animaux.
Sa nourriture se compose d’aliments industriels secs de bonne qualité. Il ne reçoit rien en dehors de ses repas.
Il est traité de façon régulière a l’aide d’anti parasitaire externe et se trouve en ordre de vaccination.

Sertolinome: Anamnèse

Passé dermatologique de l’animal
Néant.
Affection en cour
L’alopécie observée a débutée il y a environ 3 mois. Dans la discussion, la propriétaire du chien nous dit que son chien éprouve des difficultés à uriner et qu’il présente de l’incontinence fécale depuis plus ou moins un mois. Le chien ne présente pas de prurit.

Sertolinome: Examen clinique général

Température : 38,2 °C
Poids : 36 Kg
Couleur des muqueuses : roses
A la palpation abdominale, une masse est perceptible au dessus de la vessie. Nous faisons un toucher rectal : il semble que la prostate soit augmentée de volume , sans sensibilité exacerbée.
L’animal présente une gynécomastie. Un des deux testicules est hypertrophié.
 sertolinomesertolinome
Vue rapprochée de la région ventrale- Gynécomastie
 Vue postérieure du périnée et des testiculesHypertrophie testiculaire

 Sertolinome: Examen clinique dermatologique

Examen rapproché :
Alopécie bilatérale au niveau des cuisses externes, des flancs et au niveau de la région dorsolombaire.
Alopécie interscapulaire
Dyspigmentation pilaire à certains endroits (passage de la couleur noire à la couleur feu).
Présence de papules ainsi que de collerettes épidermiques et de croûtes au niveau des cuisses externes.
 sertolinome
Vue dorsale de la région dorso lombaire- Alopécie et dyspigmentation
pilaire.
 
 sertolinome
 Vue rapprochée des cuisses externes- Alopécie, papules et collerettes
Epidermiques.
 
Synthèse clinique
Dermatose alopécique accompagnée d’hypopigmentation pilaire focale, au niveau des flancs et à hauteur de la région dorsolombaire.
Dermatite papulo-croûteuse localisée au niveau des cuisses externes.


Sertolinome: Examens complémentaires réalisés

Raclages cutanés
Divers raclages sont réalisés à partir de lésions papulo crouteuse. Le produit de raclage est étalé dans une goutte de chloral-lactophénol et observé au microscope. Cet examen est intéressant pour la recherche de Démodex.
Cet examen s’est révélé négatif.
Brossage et recherche manuelle de parasites
Cet examen s’est révélé négatif.
Analyse de sang d’orientation
Numération formule
Dans les tumeurs testiculaires, suite à une augmentation de la concentration d’oestradiol , le patient  présente parfois une aplasie médullaire et en conséquence une pancytopénie qu’il convient de rechercher.
Dans le cadre des hypothyroïdies, il n’est pas rare d’observer une anémie normochrome et non régénérative .
Lors d’hyperadrénocorticisme, il est fréquent de constater une éosinopénie. Parfois sont rencontrées une neutrophilie de stress, une lymphopénie ainsi qu’une érythrocytose .
 Rien d’anormal n’est à signaler.
Analyse biochimique
Cholestrérol
Dans un grand nombre d’hypothyroïdies , la concentration plasmatique en cholestérol (cholestérolémie) est supérieure aux valeurs usuelles.
 Résultat : 165 mg/dl   (référence : 150-200)
Phosphatases alcalines
 Celles-ci sont souvent augmentées lors de l’hyperadrénocorticisme
Résultat : 160 ui/L   (référence : 20-200)
 Glycémie 
Résultat normal (quelques fois élévation lors d’hyperadrénocorticisme )

Analyse de sang spécifique

Exploration des hormones sexuelles
Les tumeurs testiculaires sont à l’origine d’un hypoandrogénisme secondaire à la sécrétion anormale d’oestrogènes par un mécanisme de rétrocontrôle négatif sur la sécrétion de LH-FSH. Parfois, de manière concommitente, une hyperprogestéronémie est constatée.
Résultats :
Oestradiol :   54 pg/ml (référence: 5-60)
Progestérone : <0,1 ng/ml    (référence : 0,0-0,2 )
Testostérone : 0,8 ng/ml (référence : 0,5-6,0 )
 Exploration thyroïdienne
Thyroxine libre : 9,6 pg/ml (référence : 7-33)
TSH : 0,27 ng/ml (référence : 0,03-0,50 )
Stimulation par la TRH
Stimulation par la TSH bovine
Nous n’avons pas réalisé ces examens dans un premier temps pour diverses raisons :
-les résultats concernant la thyroxine libre,le taux de TSH et le cholestérol
nous poussent à mettre cette hypothèse de côté temporairement.
-les symptômes que présente Joy sont assez évocateurs c’est pourquoi nous décidons de postposer cette exploration .Nous avions décidé de la réaliser dans la mesure où le traitement entrepris ne serait pas concluent.
-économiques
Biopsie thyroïdienne
Cet examen, bien que riche en information mais très délicat d’un point de vue technique, nous décidons de ne pas le réaliser.
Exploration des surrénales
Dosage du cortisol libre urinaire
Epreuve de stimulation à ACTH
Test de freinage à la dexamethasone
Au des résultats de l’analyse sanguine d’orientation et de la symptomatologie, nous décidons, de postposer ces examens, comme pour l’exploration thyroïdiennes.
Ponction écho guidée de la prostate
La prostate nous semblant augmentée de volume lors de la palpation, nous réalisons une échographie abdominale afin de confirmer notre suspicion. Par ponction échoguidée, nous récoltons alors 40 ml d’un liquide purulo hémorragique , que nous soumettons à une analyse.
Rapport du cytologiste :
L’examen des frottis révèle sur un fond protéinique et séro sanguinolant la présence de nombreux leucocytes surtout neutrophiliques mais également histiocytaire d’aspect non nécrotique et la présence de quelques cellules épithéliales de caractère cytologique bénin, d’aspect pavimenteux. Exceptionnellement s’observent des structures punctiformes suggérant
des coques. Sa conclusion est que nous nous trouvons devant un abcès infecté.
Histologie
Nous profitons de l’anesthésie de l’animal (lors de sa castration) pour réaliser des biopsies cutanées. Nous soumettons également à l’examen le testicule « tumoral ».
Rapport de l’histologiste :
-concernant les prélèvements cutanés, il conclut à une alopécie non inflammatoire atrophique
 avec télogenisation.
-concernant les prélèvements testiculaires (3 fragments), il conclut à un sertolinome.
Radiographie-Bilan d’extension
Lors d’une visite de contrôle post opératoire, nous réalisons une radiographie pulmonaire afin de rechercher d’éventuelles métastases (présentes dans 2 à 14 % des cas). La lecture des clichés radiographiques nous semble normale.
Cytologie préputiale
Nous réalisons un frottis préputial. Le produit récolté est coloré à l’aide d’une coloration du type diff quick. Il est décrit , lors de tumeurs testiculaires , une kératinisation des cellules muqueuses suite à une imprégnation en oestrogènes. Dans notre cas, nous n’avons pas observé ce phénomène, les prélèvements effectués nous paraissent normaux.

Sertolinome: Diagnostic

Sertolinome

Sertolinome: Traitement

Notre objectif dans ce cas est, tout en traitant les problèmes dermatologiques, de traiter la cause sous- jacente à ces problèmes, à savoir la tumeur testiculaire ainsi que la prostatite.
Moyens disponibles
Affection cutanée :
Antibiothérapie systémique
Tonte
Traitements topiques (shampoings)
Affection prostatique
Antibiothérapie systémique
Inhibiteurs de la sécrétion de testostérone (castration chimique) : Tardak
Castration chirurgicale

Résultats obersvés 

Le propriétaire, ayant du partir à l’etranger nous a laissé sans nouvelles pendant 3 mois.
Il nous rend une visite après 3 mois, accompagné se Joy.
Tout les problèmes rencontrés et pour lesquelles ils nous avaient consulté ont disparu.
Le poil a repoussé convenablement et a reprid sa pigmentation normale ; la peau semble saine.
Il en deux même pour les problèmes urinaires et digestifs, qui se sont estompés.

sertolinome

Joy3 mois après traitement

Sertolinome: Discussion

Ce cas, bien que classique, est intéressant sur plusieurs plans.
Au départ d’une simple demande d’examens dermatologiques, il nous a été possible d’aller au delà des problèmes cutanés pour aboutir à une affection interne.
Au niveau des examens complémentaires pratiqués, ce cas  nous rappelle la nécessité de toujours confronter plusieurs examens entre eux, mais aussi à la clinique. En effet, les dosages hormonaux entrepris chez ce patient, étaient tout à fait normaux (avec la réserve qu’il s’impose quant aux résultats du laboratoire), alors que l’histologie concluait à un sertolinome .
Le résultat de la castration fut spectaculaire, tant au niveau cutané, qu’au niveau interne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*