Pemphigus foliacée

Pemphigus foliacée

Pemphigus foliacée

Pemphigus foliacée: Identification

« Rupert »
Chien mâle de race schipperke , âgé de 9 ans

Pemphigus foliacée: Motifs de consultation

Alopécie et croûtes au niveau du chanfrein

Pemphigus foliacée: Comémoratifs

Rupert est un chien que ses propriétaires ont acquis à l’âge de trois mois dans un élevage familial. Il n’est pas en contact direct avec d’autres animaux et vit dans une maison, à la campagne.  Il n’a pas d’antécédents pathologiques importants.
Sa nourriture se compose d’une alimentation industrielle de qualité « moyenne ».
Il est régulièrement traité à l’aide d’anti parasitaire externes et se trouve en ordre de vaccination.

Pemphigus foliacée: Anamnèse

Passé dermatologique de l’animal
Rien n’est signalé.
Affection en cours
Il y a environ un mois, des premières croûtes et dépilation au niveau du chanfrein sont apparues. Depuis, les lésions n’ont cessé de s’étendre au niveau du chanfrein. Ont suivis, des atteintes de la truffe ainsi que de la conque auriculaire interne. Le prurit est modéré.
 

Pemphigus foliacée: Examen clinique général

Température : 39°c
Poids : 12,5 kg
Couleur de muqueuses : roses

Examen clinique dermatologique


Examen rapproché
Chanfrein :
-Alopécie
-croûtes et collerettes épidermiques
Pemphigus foliacée
Pemphigus foliacée
Vues rapprochées du chanfrein (après application d’isobétadine
gel)- lésions alopéciques et croûteuses
truffe :
-croûtes
-hypopigmentation
conque auriculaire interne :
-croûtes
Pemphigus foliacée
Vue rapprochée d’un pavillon auriculaire (après application
 d’isobétadine gel) – lésions croûteuses

Pemphigus foliacée: Synthèse clinique

Dermatite multifocale alopécique et croûteuse localisée au niveau du chanfrein et des conques auriculaires internes, accompagnée d’une dermatite croûteuse et hypopigmentaire de la truffe.

 Pemphigus foliacée: Examens complémentaires réalisés

Cytologie
Aucune pustule ne peut être localisée au sein des lésions lors de l’examen de l’animal.
Nous enlevons quelques croûtes et réalisons une cytologie après application d’une lame directement sur la lésions érosives (coloration rapide).
De nombreux neutrophiles sont observés, quelques mastocytes. Nous ne parvenons pas à identifier d’organismes infectieux.
Bactériologie
Cet examen n’a pas été réalisé pour de raisons financières.
Racalages cutanés
Aucune information n’a été révélée par cet examen dans notre cas.
Examen en lumière de wood
Cette épreuve est négative
Examen direct de poils
Idem
Cultures fongiques
Idem
Histopathologie
Conclusion (M.Heimann) :
Dermatite pustuleuse, superficielle, neutrophilique, éosinophilique, lympho-
plasmocytaire, histiocytaire, avec cellules acantholytiques.
Commentaires (M.Heimann) :
La biopsie est compatible avec le diagnostic d’un pemphigus foliacé.Pemphigus foliacée

Pemphigus foliacée,biopisie du chanfrein – Nous notons une pustule en surface de l’épithélium (cliché : M.Heimann)
 Pemphigus foliacée
Pemphigus foliacée ,biopsie du chanfrein De nombreuses cellules
acantholytiques sont observées (cliché : M.Heimann)


Pemphigus foliacée: Diagnostic

Pemphigus foliacé

Pemphigus foliacée: Traitement

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte dans le traitement de cette pathologie :
-l’efficacité et la tolérance de la molécule choisi
-le coût
-la facilité d’administration
-ses effets secondaires
Notre objectif sera donc trouver une molécule efficace, possédant le moins possible d’effets secondaires, de toxicité moindre, de coût raisonnable et d’administration aisée.
Résultats
Après 15 jours de traitement :
Le prurit a disparu ainsi que les croûtes, faisant place à une ébauche de cicatrisation cutanée.
Après un mois de traitement :
Absence totale de lésions. L’alopécie persiste. Le prurit est absent
Nous décidons alors de réduire les posologies de prédnisolone à :
1mg/kg per os en une prise tout les 3 jours.
3 semaines après la dernière consultation :
l’animal semble avoir rechuté puisqu’il se gratte a nouveau au niveau du chanfrein, et des croûtes sont réapparues à ce niveau. Nous décidons, en accord avec le propriétaire de maintenir l’animal à la posologie suivante : 1mg/kg per os en une prise un jour sur deux.
2 mois après le début du traitement :
L’animal semble stabilisé. Les poils ont commencé à repousser et le prurit est absent.
Nous attirons l’attention du propriétaire sur les effets secondaires de ce traitement.
Cependant, nous ne changeons pas de  traitement pour plusieurs raisons : son efficacité dans notre cas et son faible coût (moyens financiers limités).
Un bilan sanguin sera prévu tout les 6 mois, afin de déceler une éventuelle toxicité du produit chez l’animal.
Contrôle 5 mois après le début du traitement :
L’animal semble et bonne santé et les lésions dermatologiques sont absentes.
Nous faisons un bilan sanguin qui donne des résultats corrects tant au niveau de l’hématologie que de la biochimie rénale et hépatique.

Pemphigus foliacée
Vue rapprochée d’un pavillon auriculaire-
2 mois après le
 début dutraitement.Pemphigus foliacée

Vue rapprochée du chanfrein-2 mois après le début du
traitement.

Pemphigus foliacée: Discussion

Ce cas de pemphigus foliacé, illustre la difficulté de stabilisation du patient dans cette
pathologie . En effet, chaque cas semble particulier au niveau de la réponse au traitement.
Nous sommes malheureusement conscient des effets secondaires du traitement qui affecteront
le patient dans un délai plus ou moins long, mais nous nous heurtons ici à un problème économique. Cependant, en collaboration étroite avec le propriétaire, nous décidons de suivre
l’animal régulièrement d’un point de vue dermatologique et biochimique.
Dans la mesure où le traitement montrerait une moindre efficacité ou dans le cas d’un bilan biochimique alertant, nous déciderions alors de réévaluer notre traitement.

 

http://www.dermavet.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*